Buro(caricia)

édition

image

Buro(caricia), 2013

« Afin de répondre au sujet, j’ai choisi de présenter une pièce liée à la lecture d’un écrivain qui m’influence beaucoup dans mon travail plastique : Jorge Luis Borges. Son exotisme consistait à être étranger à la littérature de son propre pays, tandis qu’en Europe il n’était pas assez “latino-américain” ; selon les spécialistes, il lui manquait l’instinct tellurique et la passion. Cet auteur “voyageur” m’a beaucoup marquée lors de mes études à l’ESAP Pavillon Bosio de Monaco, et lors de mon échange Erasmus de janvier à juin à l’ENSAV La Cambre de Bruxelles, dans la section typographie. Un des projets proposés à l’atelier consistait en la création d’un livre sur un auteur de notre choix. C’est là que j’ai réalisé ce “livre passeport”, mêlant une partie de la biographie de Borges et quelques-unes de ses citations accompagnées d’illustrations que j’ai dessinées. J’ai voulu lier ce projet à celui du toucher. »

M. F.

Micaela Figueroa a prolongé ses recherches en proposant un tampon encreur retravaillé et adapté aux contraintes d’une édition en porcelaine excluant toute utilisation. Ce tampon encreur reste un objet élégant, à prendre en main et à lire. Le tout est emballé dans un écrin délicat portant le titre donné à la pièce Buro(caricia) (Du latin caritia, carus « cher », de l’italien carezza, « la caresse »).

Et Micaela Figueroa de poursuivre :

« Le choix de la fonte Baskerville est dû à la préférence personnelle de Borges pour les typographies du XVIIIe siècle. Lors de l’exposition, l’édition et le tampon seront présentés ensemble laissant le spectateur libre de les manipuler et d’encrer le passeport. Le rapport au toucher était également important pour Borges, devenu aveugle alors qu’il était directeur de la bibliothèque nationale de Buenos Aires. En 1956, son médecin lui interdit de lire et d’écrire, il devint un poète aveugle pratiquant son art comme une activité pouvant se passer de la vue. »

« Comme un aveugle que ses mains précèdent, écartant des murs et devinant des cieux, lent d’inquiétude, je vais palpant dans la nuit sans fond mes vers à venir. »

Micaela Figueroa a passé plus d’un mois à apprivoiser les différentes techniques liées à la réalisation de sa pièce dans les murs de l’ENSA Limoges, auprès de Christian Couty, professeur de céramique et responsable des artistes en résidence. C’est lors du jury décisif que Buro(caricia) a retenu toute l’attention des membres de The Monaco Project for the Arts. C’est grâce à leur soutien que cette pièce est éditée.

image

Buro(caricia), 2013

Micaela Figueroa